Comment réduire le recours aux engrais chimiques ?

A l’ère de leurs premières expérimentations, le recours à l’engrais chimique avait connu un certain âge d’or. Bien sûr, l’agriculture avait même enregistré un énorme succès dans la production et le rendement. Toutefois, c’est après des années d’utilisation que l’on avait commencé à ressentir dangereusement. Des conséquences néfastes sont apparues et ont eu un impact sur la santé des consommateurs des produits agricoles. Il en est également du côté environnemental par la dégradation rapide du sol et la nuisance à l’atmosphère. Il existe bel et bien des solutions alternatives pour la réduction du recours aux engrais chimiques dans le monde de l’agriculture.

Pourquoi faut-il réduire le recours aux engrais chimiques ?

Il s’agit d’une question très importante, le recours aux engrais chimiques est devenu une problématique majeure dans le cadre de la production agricole moderne. En effet, il s’agit d’une recommandation internationale pour la préservation de l’environnement. Le programme mis en place est estimé à aboutir dans les 3 prochaines décennies.

L’utilisation des engrais chimiques constitue une pollution agricole dangereuse. Les effets sont très sournois, car malgré que l’on voie l’accroissement des espaces verts à l’issue du recours aux intrants chimiques, on constate une importante émanation d’azote et de CO2. Ce phénomène se présente comme une grande menace pour l’environnement par l’émission de gaz à effet de serre.

Il existe des engrais biologiques

La première solution pour la réduction du recours aux engrais chimiques est d’utiliser en alternative les intrants biologiques. Les produits sont disponibles sur le marché des accessoires et des fournitures du monde agricole. Des boutiques et des producteurs proposent des matières organiques à partir des cendres, des guanos ou même du phosphate naturel.

Il est également possible de confectionner personnellement des engrais biologiques comme les composts ou par les produits à l’issue de l’élevage (excrément des animaux : lapin, zébu, colombe…), des résidus de culture ou même des algues.

Le traitement biologique et naturel du sol

Une autre alternative serait de procéder au traitement du sol. L’agriculture intelligente consiste à réaliser de la polyculture. Pour cela, on effectue un assemblage ou une rotation des cultures sur le sol afin de ne pas épuiser totalement les éléments organiques qui contribuent au développement des végétaux.

Pour le rétablissement de la fertilité du sol après un long usage, il convient de cultiver des plantes enrichissantes comme le stylosanthès guianensis. Cette alternative est beaucoup plus efficace et rapide à la réparation du sol au lieu de pratiquer une jachère. Cela permet également de réduire le recours aux engrais chimiques.

Il est également recommandé de faire recours à des pesticides et des insecticides biologiques. Autrement, la désinfection du sol ne devrait pas se faire très fréquemment. Cela réduit péniblement sa fertilité et nuit à la santé des plantes.

Les risques d’une invasion de fourmis
Acheter un démarreur de rechange pour tracteur en ligne