Comment passer d’une agriculture classique à une agriculture biologique ?

La production biologique est un système mondial de production alimentaire et de gestion agricole. Elle combine les meilleures pratiques environnementales, une grande biodiversité, la protection des ressources naturelles, une manière de production qui respectent les besoins de certains consommateurs à l’égard de produits utilisant des substances et des méthodes naturelles. Actuellement, la consommation des produits biologiques a augmenté. Dans la production biologique, l’utilisation de l’azote minéral et de produits chimiques sont interdits.

Le sens de la conversion à l’agriculture biologique

La conversion est le passage de l’agriculture traditionnelle vers l’agriculture biologique. Les pratiques des exploitants doivent répondre strictement aux règlementations de l’agriculture biologique. Pour chaque production, la durée minimale de conversion du sol a été déterminée. Cette période de conversion entraine des changements sur les cycles de vie des plantes, des animaux et des organismes qui vivent dans le sol et sur la terre. La conversion en terres agricoles est  également utilisée pour épurer les sols des anciens résidus chimiques. Elle permet à l’agriculteur d’entamer à se familiariser avec les procédés de production biologique, d’affiner ses outils de productions et de découvrir de nouveaux marchés pour ses produits.

La démarche de conversion en agriculture biologique

Passer au bio est un énorme projet qui met du temps à grandir. C’est une option qui modifie la stratégie de commercialisation, le mode de fonctionnement, l’organisation de travail, et même les revenus. La première étape de construction d’un projet de conversion biologique consiste à visiter les exploitations, s’informer sur les cahiers de charges et rencontrer les producteurs qui se consacrent dans la démarche. Dans chaque département, il y a des  structures qui peuvent conseiller les agriculteurs souhaitant s’initier sur l’agriculture biologique : organisations de producteurs, réseaux de producteur bio, Ceta, Chambres d’agriculture…Une analyse économique est nécessaire pour avoir une meilleure idée des flux de trésorerie requis par la première année de conversion. Des sessions de formation ont également été mises en place dans les départements.

La notification sur la conversion en agriculture biologique

La notification est une déclaration qui doit être prise en compte selon l’article 28  du code  CE 834/2007. Tous les opérateurs dans le domaine de l’agriculture biologique y sont soumis, à l’exception des distributeurs spéciaux. Depuis 2003,  toute la gestion concernant l’agriculture biologique est assurée par l’Agence Bio pour le compte du ministère chargé de l’agriculture. La notification permettra aux opérateurs d’apparaître dans un annuaire professionnel de l’industrie immobilière (annuaire.agencebio.org) et de recueillir des informations statistiques très utiles sur la plateforme. Il s’agit d’une caractéristique essentielle des subventions d’État ou régionales. Pour cette raison, la date limite de notification est fixée annuellement, le 15 mai pour les entrepreneurs sollicitant une aide à l’agriculture biologique et le 31 décembre pour les autres entrepreneurs.

Les risques d’une invasion de fourmis
Acheter un démarreur de rechange pour tracteur en ligne